Former des enseignants européens
4. Conclusions et perspectives

Intégration de la citoyenneté européenne dans la formation initiale des enseignants

Francisco Villamandos de la Torre et Elena Gómez Parra, traduction de Jean-Philippe Pomar, Cordoue

Dans une Europe en construction qui se veut forte dans les domaines de la politique, de l’économie et du social, le rôle de d’éducation doit être considéré comme essentiel. C’est dans cette direction que la politique de l’Union Européenne a développé plusieurs lignes stratégiques et a émis des directives et des recommandations destinées à une convergence, à moyenne échéance, de toutes les politiques des états menbres (voir Ivo Petru). Dans le milieu universitaire, toute politique de convergence se tourne autour de la Déclaration de Bologne au sein de laquelle les universités européennes commencent à dialoguer en rapport avec la collaboration dans l’enseignement, et pas seulement dans la recherche.

C’est dans ce contexte que les institutions universitaires eurpéennes chargées de la formation initiale des enseignants sont confrontées à un défi, qui évidemment, dans ce cas, est double : se concentrer sur la formation d’enseignants qui ne seraient pas appelés à se diriger postérieurement vers leur future carrière, n’aurait pas de sens. La formation initiale de l’enseignant doit apporter dans leurs curriculums un intérêt tout particulier aux compétences nécéssaires pour obtenir un « Enseignant Européen » capable de se sentir citoyen de l’union et avec toutes les capacités pour transmettre et former ses élèves vers ce sentiment de citoyenneté commune.

Ceci est précisément le sens général du projet Istepec : contribuer et rendre propice une augmentation significative de l’intérêt au concept de citoyenneté européenne dans l’éducation non universitaire, grâce à la formation initiale et permanente de l’enseignant. Pour cela, une série de modules de formation a été mise en place et a été évaluée. Nous en avons tiré une information importante qui nous permet de nous placer dans les meilleures conditions afin de réaliser des propositions beaucoup plus ambitieuses. Les résultats obtenus nous ont éclairés sur deux aspects. D’un coté, l’intérêt intrinsèque des propositions réalisées autour de la formations du concept de citoyenneté commune entre les futurs enseignants ; l’étude de ce que signifie la citoyenneté européenne (voir Rob van Otterdijk) de même que les différents aspects et chemins de l’interaction interculturelle (voir Mª Elena Gómez). D’un autre coté, ces résultats ont mis en évidence les principaux aspects positifs et difficiles qu’il faut franchir pour généraliser leur possible implantation.

Les aspects positifs retenus, tant dans le déroulement de chacun de ces modules, que dans l’ensemble de l’expérience, ont déjà été décrits dans de nombreux chapitres de cette publication. D’un autre côté, la concéquence qui surgit de la réflexion conjointe des conclusions a été unanime et comprend les aspects suivants :

• l’intérêt et le besoin de continuer dans cette voie

• la nécéssité de coordination des institutions qui désirent s’unir à ces initiatives

• résoudre les problèmes de mobilité que ces propositions impliquent

• l’obligation d’augmenter le nombre d’institutions européenes de formation d’enseignants (au point de le généraliser) qui adhéreraient à cette mise en oeuvre

Il est possible que les résultats les plus significatifs de cette expérience doivent provenir d’une approximation plus systématique, moins centrée sur les résultats concrets de ces activités. En résumé, ces résultats devraient provenir du processus complet qui a amené au dévelopement de ce même projet.

Un exemple de ce que nous sommes en train de dire et qui pourrait être considéré comme un résultat de caractère général (et que nous pourrions, par conséquent, définir comme un ‘métarésultat’) est la preuve qu’il existe un grand nombre d’activités et de modules différents qui peuvent apporter des aspects significatifs à l’objectif commun du développement de la citoyenneté européenne, à partir de plusieurs aspects et de considérations qui ont été traités de façon plus ou moins minutieuse dans cette publication. Mais tous contibuent, de quelque manière que se soit, à cet objectif commun. Leur qualité peut être analysée par rapport aux qualités pédagogiques, mais leur contribution à l’objectif de la citoyenneté européenne n’est pas explicable sinon dans le contexte général du processus du projet et uni à d’autres initiatives préalables, parrallèles ou postérieures qui ont lieu dans leur contexte.

C’est dans ces conclusions partagées que nous avons dû penser à articuler une proposition qui réunira force et simplicité dans le futur à moyenne échéance. D’autre part, nous devions trouver des propositions viables et qui pouvaient être intégrées dans le cadre de la complexité définie, tant par la diversité initiale, que par un approfondissement démocratique (qui touche une situation plus participative et moins représentative, en ce qui concernne des directives sur la « Gouvernance Européenne » (voir Comisión de las Comunidades Europeas. Gobernanza Europea y un nuevo impulso para la juventud europea). Dans tous les cas, la proposition doit envisager la création ou la mise en marche d’un processus de caractère plus global au sein duquel différentes actions pourraient être développées et qui permettraient cette « propriété émergente » qui, comme danns le cas d’Istepec, donne lieu à la création d’un environnement propice au processus logique et en même temps à la création de cette idée de la citoyenneté européenne.

La solution a surgi presque spontanément : tirer parti de la programmation grâce aux modules proposés par le EEES pour se dédier entièrement à la « citoyenneté européenne » dans la formation initiale des enseignants. Ces modules, qui pourraient inclure dans leur développement une multitude de différents aspects et de points de vue originaires de la propre diversité culturelle européenne, pourraient être ceux qui se concevraient prioritairement à titre de mobilité et d’échange entre les étudiants. Son organisation, accompagnée de paramètres coordonnés et adoptés d’un commun accord, pourraient aussi résoudre une grande partie des problèmes dérivés de la mobilité (rappelons les problèmes d’équivalences de matières ou ceux qui génèrent la programmation multilingue de la formation). Nous devrions également penser à surmonter les difficultés que représentent les modules développés dans des langues minoritaires, considérées peu attractives par les étudiants.

C’est ainsi que notre proposition finale se matérialise dans la demande d’un projet expérimental qui reprendrait la philosophie générale des conclusions exposées. Cette proposition devrait constituer un projet qui serait composé des objectifs suivants :

• développer et tester la mise en place des modules spécifiques dans les institutions participantes

• faciliter la mobilité

• adopter d’un commun accord les propositions utiles pour leur généralisation dans le domaine de l’éducation commune

En définitive, il s’agit d’un projet ambitieux, qui reprend la philosophie de travail et les objectifs qu’Istepec s’est fixé. Mais surtout, ce plan d’action veut avancer sur la voie que réclame l’Europe, avec une projection futuriste qui se base sur des notions objectives offertes par Istepec au long de ces trois années de travail et qui inclut des points de vue divers sur les questions qui affectent la base éducative d’une Europe commune.

Bibliographie

Comisión de las Comunidades Europeas. 2001. Libro blanco de la Comisión Europea. Un nuevo impulso para la juventud europea.

Comisión de las Comunidades Europeas. 2001. La Gobernanza Europea. Un libro blanco.

Gómez Parra, M.E. 2007. “Cultural Distance among Speakers of the Same Language”. Proceedings of the Conference “Enseigner l’Europe”, str. 43-54.

Petru, I. 2007. “La citoyennete Euro peenne : ses Avantages et ses Implications”. Proceedings of the Conference “Enseigner l’Europe”, str. 136-143.

Van Otterdijk, R. 2007. “Teaching Citizenship”. Proceedings of the Conference “Enseigner l’Europe”, str. 113-130.

Forum
Poster un message
Traduction disponible en English Español polski slovenčina
TIC et developpement - http://www.tic.ird.fr